La vitamine C est un micronutriment, c’est-à-dire une molécule dont l’organisme n’a besoin qu’en faible quantité, mais qui est indispensable à notre bien-être.

Malheureusement, comme il s’agit d’une vitamine hydrosoluble, elle est facilement éliminée par l’urine.

Afin d’en disposer toujours en quantité suffisante, puisque notre organisme n’est pas capable de le synthétiser, il est nécessaire de le prendre régulièrement avec de la nourriture.

La vitamine C a une structure particulièrement labile, très sensible à la chaleur, qui est dégradée non seulement par la cuisson mais aussi par la simple exposition à l’air et à la lumière.

Elle est principalement connue pour son action immunostimulante, son effet anti-inflammatoire et antimicrobien et pour sa puissante action antioxydante qui nous protège de l’agression des radicaux libres et prévient le vieillissement.

La vitamine C facilite l’absorption du fer, contribuant à la synthèse de l’hémoglobine et à la production de globules rouges. Au niveau du système cardiovasculaire, elle est capable de réduire le taux de cholestérol et de maintenir les artères propres, prévenant ainsi le risque de maladies cardiaques.

Elle est également essentielle à l’efficacité du système nerveux et est nécessaire à la synthèse de certains neurotransmetteurs et hormones, dont la noradrénaline et la sérotonine, utiles au maintien de la bonne humeur.

La vitamine C contribue également à la production de collagène qui est la structure de tous les tissus du corps (muscles, épiderme, vaisseaux sanguins, os, cartilage, dents) et qui est nécessaire à leur fonctionnement normal.

C’est précisément la présence et la bonne concentration de collagène, une protéine structurelle synthétisée grâce à la vitamine C, qui permet de maintenir les tissus conjonctifs en bonne santé, de réparer les tissus en stimulant la cicatrisation des plaies et en évitant les hémorragies des capillaires sanguins, ainsi que de réparer les os en cas de fracture.

Le collagène est la structure primaire des dents; en particulier, des groupes de fibres de collagène constituent la composante acellulaire du parodonte.

Lorsque le ligament parodontal est endommagé, la maladie parodontale s’installe. Il s’agit d’un ensemble de maladies inflammatoires qui affectent le tissu de soutien des dents et provoquent des gingivites, voire des parodontites.

Le collagène favorise la stabilisation de la plaie et agit comme un agent chimiotactique pour différents types de cellules impliquées dans le processus de cicatrisation, y compris les fibroblastes gingivaux et du ligament parodontal (Postlethwaite et al. 1978).

H42 est le dispositif médical idéal pour combler, renforcer et réparer les poches parodontales/perimplantaires. 

Il est notamment utilisé comme gel adjuvant dans le traitement non chirurgical de la parodontite et de la périimplantite, après l’élimination mécanique de la plaque, l’élimination du biofilm et le lissage des racines dans les poches parodontales et périimplantaires.

H42 crée les meilleures conditions pour promouvoir le processus de cicatrisation des tissus autour de la dent/implant, favorisant une réduction de la poche gingivale et la restauration de leur attaque fonctionnelle.